La montagne à la mer


23 août 2011

Mercantour 2011

Mercantour de mes amours...

Une belle saison alpine et des souvenirs pour l'Hiver

Posté par Eric L à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2011

Nouveau départ

2011

Une belle année commence ...

Le coeur léger comme une plûme.

Posté par Eric L à 17:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 juillet 2010

Cinétilt Marseille

Hier soir, "A bord du Darjeeling Limited".

Avec Hotel Chevalier en préambule et LA chanson :

Where Do You Go To (my Lovely)

You talk like Marlene Dietrich
And you dance like Zizi Jeanmaire

Your clothes are all made by Balmain
And there's diamonds and pearls in your hair, yes there are

You live in a fancy apartment
Off the Boulevard Saint-Michel
Where you keep your Rolling Stones records
And a friend of Sacha Distel, yes you do

But where do you go to my lovely
When you're alone in your bed
Tell me the thoughts that surround you
I want to look inside your head, yes I do

I've seen all your qualifications
You got from the Sorbonne
And the painting you stole from Picasso
Your loveliness goes on and on, yes it does

When you go on your summer vacation
You go to Juan-les-Pins
With your carefully designed topless swimsuit
You get an even suntan on your back and on your legs

And when the snow falls you're found in Saint Moritz
With the others of the jet-set
And you sip your Napoleon brandy
But you never get your lips wet, no you don't

But where do you go to my lovely
When you're alone in your bed
Won't you tell me the thoughts that surround you
I want to look inside your head, yes I do

Your name, it is heard in high places
You know the Aga Khan
He sent you a racehorse for Christmas
And you keep it just for fun, for a laugh, a-ha-ha-ha

They say that when you get married
It'll be to a millionaire
But they don't realize where you came from
And I wonder if they really care, or give a damn

Where do you go to my lovely
When you're alone in your bed
Tell me the thoughts that surround you
I want to look inside your head, yes I do

I remember the back streets of Naples
Two children begging in rags
Both touched with a burning ambition
To shake off their lowly-born tags, so they try

So look into my face Marie-Claire
And remember just who you are
Then go and forget me forever
But I know you still bear the scar, deep inside, yes you do

I know where you go to my lovely
When you're alone in your bed
I know the thoughts that surround you
'Cause I can look inside your head

(na na-na-na na na-na-na na-na na na na na)
(na na-na-na na na-na-na na-na na na na na)

Peter Sarstedt - 1969

Posté par Eric L à 13:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 avril 2010

Souvenir

Always Love – Nada Surf

To make a mountain of
Your life is just a choice
But I never learned enough
To listen to the voice that told me

Always love
Hate will get you everytime
Always love
Don't wait 'til the finish line

Slow demands come round
Squeeze the air and keep the rest out
It helps to write it down
Even when you then cross it out

Always love
Hate will get you everytime
Always love
Even when you want to fight

Self-directed lives
I want to know what it'd be like to
Aim so high above
Any card that you got dealt you

Always love
Hate will get you everytime
Always love
Hate will get you

I've been held back by something
Yeah
You said to me quietly on the stairs
I've been held back by something
Yeah
You said to me quietly on the stairs
You said
Hey you good ones
Hey you good ones

To make a mountain of
Your life is just a choice
But I never learned enough
To listen to the voice that told me

Always love
Hate will get you everytime
Always love
Hate will get you

I've been held back by something
Yeah
You said to me quietly on the stairs
I've been held back by something
Yeah
You said to me quietly on the stairs
You said
Hey you good ones
Hey you good ones
Hey you good ones

Nada Surf

Posté par Eric L à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 avril 2010

Mon ami Jérôme

Voici le lien vers les belles sculptures de mon ami Jérôme :

http://atelier.jerome.pereira.over-blog.com

Posté par Eric L à 16:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2010

Souvenir d'un jour de pluie

Portrait de femme en 1922

Je t'ai rencontrée une nuit
Au détour d'un chemin perdu
Qui ne conduisait nulle part,
Où tu te tenais immobile
En équilibre sur un fil
Tendu au-dessus du hasard
Et lorsque je t'ai demandé
Qui tu étais, d'ou tu venais,
Tu m'as répondu d'un regard :
"Tu sais, je n'suis qu'effluve
Et je reviens d'ailleurs..."
Plus tard dans un coin de bistrot
Devant un billard électrique,
Tu m'as montré ta déchirure.
Tu m'as dit d'étranges paroles
Qui volaient comme des chauves-souris
Au milieu de ta chevelure.
Elles me parlaient d'inconnu,
De mystérieux chemins cachés
Qui montaient au-delà des murs
D'un ténébreux voyage.
Tu cherches au-delà des frontières
Un miroir ou un cœur ouvert
Pour y projeter tes fantasmes.
Sautant d'une plate-forme d'autobus,
Tu prends le premier train rapide
Pour Marseille ou pour Amsterdam.
Juste une pièce dans un Taxiphone.
Mon tendre amour ne m’attend pas.
Ce soir je ne rentrerai pas
Et tu reprends ta route,
Ton ténébreux voyage...

Un jour ou l'autre, tu reviens,
Un peu comme au sortir d'un rêve
Dans l'inconscience du matin,
Les traits tirés par la fatigue,
La tête creuse, le regard vide.
Tu ne sais plus ce qui se passe
Et tu ne comprends plus.
Tu ne comprends plus rien
Le temps de te refaire les yeux,
De prendre un bain et de m'aimer,
Tu repenses à d'autres visages
Noyés au fond d'un verre d'alcool.
Tu me demandes une cigarette
Et me dis d'un air un peu vague :
"Mon tendre amour, ne m'en veux pas.
Tu sais je ne suis à personne.
Demain il faut que je reparte"
Et tu reprends ta route,
Ton ténébreux voyage..."

Hubert-Félix Thiéfaine

in “Chroniques bluesymentales”

Posté par Eric L à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2010

Mercedes Sosa

Mercedes Sosa est décédée en octobre 2009...

Gracias a la vida

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio dos luceros que cuando los abro
Perfecto distingo lo negro del blanco
Y en el alto cielo su fondo estrellado
Y en las multitudes el hombre que yo amo.
 
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado el sonido y el abecedario
Con el las palabras que pienso y declaro
Madre, amigo, hermano y luz alumbrando,
La ruta del alma del que estoy amando
 
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la marcha de mis pies cansados
Con ellos anduve ciudades y charcos
Playas y desiertos, montañas y llanos
Y la casa tuya, tu calle y tu patio.
 
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio el corazon que agita su marco
Cuando miro el fruto del cerebro humano
Cuando miro el bueno tan lejos del malo
Cuando miro el fondo de tus ojos claros.
 
Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la risa y me ha dado el llanto
Asi yo distingo dicha de quebranto
Los dos materiales que forman mi canto
Y el canto de ustedes que es el mismo canto
Y el canto de todos que es mi propio canto.
 

Violeta Parra   

Posté par Eric L à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2009

Hiver

Froid du matin sur la route, des cascades de glace parsèment le trajet.

Je pense à Elle, je l'aime !!!!

Posté par Eric L à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2009

Fabrice déjà 6 ans ...

"La montagne sauve la vie, plus qu'elle n'en prend. Elle sauve.

Elle bonifie la vie, elle trouve son véritable sens parce

qu'elle va à l'encontre des forces de la mort. Je ne savais

pas l'expliquer. Le danger, c'est facile, on met tous les

mots que l'on veut, mais la beauté, la force vive, l'éclat

rédempteur que l'on ressent dans la nature, qui pourrait le

servir, rigide, dans le carcan des phrases ? Les écrivains

savent combien l'écriture échappe à la vie, qu'il ne s'agit

que d'une idée de la vie. En montagne, nous avons ce

privilège du bonheur indicible. Raconte-le et te voilà envolé,

tu t'es payé de mots. Vivre, encore vivre et aimer, de cela

il n'y a rien à dire. Et pourtant c'est ça la seule chose que

la montagne m'ait donné, sans compter, surtout sans

compter : de la vie et de l'amour. Pour tout cela un grand

merci."

Fabrice Roulier

Livre du refuge de Font Turbat au retour

d'un solo dans la face NW de l'Olan

Fab est décédé au pic de Bure le 5 juillet 2003

Posté par Eric L à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]